Accueil triangle Arts triangle Littérature triangle Victor Hugo

Victor Hugo

1802-1885 - Ecrivain français

Victor Hugo

Victor Hugo est un écrivain et homme politique français du 19e siècle. Poète, dramaturge et romancier, il est connu pour être le chef de file du mouvement romantique en France et pour son combat contre Napoléon III.

Ce qu'il faut savoir

  • Il publie son premier recueil de poésie (Odes) en 1822 à seulement 20 ans
  • Il fait partie du Cénacle avec entre autre Balzac, Gautier et Nerval
  • La mort de Léopoldine en 1843 l’empêche d’écrire pendant 10 ans
  • Après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, Hugo s’exile à Jersey puis à Guernesey
  • Il est élu à l’académie française en 1841
  • Il a une brillante carrière politique : Pair de France en 1846, Député en 1848 puis Sénateur en 1876
  • A sa mort en 1885 il a droit à des Funérailles nationales et ses cendres sont transférées au Panthéon

Ouvrages principaux

  • Théâtre : Cromwell (1827), Hernani (1830), Ruy Blas (1838)
  • Poésie : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), La Légende des Siècles (1859)
  • Romans : Le Dernier Jour d’un condamné (1829), Notre-Dame de Paris (1831), Les Misérables (1862)

Le poète

Il publie son premier recueil, Odes, en 1822, dans lequel il se montre très influencé par Chateaubriand et s’inspire de la pensée royaliste et catholique. Il y définit une mission au poète, celle de « marcher devant les peuples comme une lumière et leur montrer le chemin ». Son œuvre poétique suit son cheminement artistique mais aussi politique. « Ni classique ni romantique » lorsqu’il publie les Odes, il prend le chemin du libéralisme avec Les Orientales (1829) proclamant que « le poète est libre » et que « tout a droit de cité en poésie ».

A partir des années 1830 sa poésie devient résolument romantique. Ses 4 recueils lyriques : Les Feuilles d’Automne (1832), Les Chants du Crépuscule (1835), Les Voix Intérieures (1837) et Les Rayons et Les ombres (1840) reviennent à des sujets plus intimes, « des vers de l’intérieur de l’âme » qui tentent de comprendre l’Homme et ses rapports à la nature, la vie et la mort.

Son exil à Jersey et Guernesey (1851-1870) va lui permettre de publier ses trois recueils majeurs.

- Les Châtiments (1853) : le recueil se diffuse largement chez les opposants à Napoléon III qui le voient comme leur chef spirituel. Ses poèmes satiriques dénoncent le coup d’État du 2 décembre et tentent de discréditer le régime impérial.

- Les Contemplations (1855) : « les Mémoires d’une âme » dans lesquelles Hugo rassemblent des poèmes qu’il a écrits entre les années 1830 et 1855. Centrés autour de la mort de sa fille Léopoldine (en septembre 1843), ces poèmes abordent les thèmes de la mort, de ce qu’il y a après et surtout de la place de Dieu et le rôle du poète comme son messager.

- La Légende des Siècles (1859) : publié en plusieurs fois (la dernière partie seulement deux ans avant sa mort), cet ouvrage est une épopée dans laquelle Hugo veut « exprimer l’humanité dans une espèce d’œuvre cyclique ». Il y retrace l’histoire de l’humanité en y mêlant mythologie et surnaturel pour montrer « l’épanouissement du genre humain de siècle en siècle ».

Le dramaturge

Son statut de chef de file du mouvement romantique lui vient surtout grâce à son œuvre théâtrale. C’est dans la préface de sa pièce Cromwell (1827) que Victor Hugo définit ce qu’est le drame romantique.
- Un mélange des genres : « le drame tient de la tragédie par la peinture des passions et de la comédie par la peinture des caractères » [1].
- Une rupture avec les règles d’unité (de lieu et de temps) du théâtre classique.
- Ne se soumettre qu’aux lois de la nature : « le drame est un miroir où se réfléchit la nature ».

Cette attaque contre l’ordre établi se poursuit, plus violemment cette fois, lors de la première de son second drame romantique : Hernani (1830). Cet évènement, souvent appelé "Bataille d’Hernani" marque la victoire des modernes (les romantiques) face aux anciens (les classiques).

Après trois drames en prose, il revient aux vers avec Ruy Blas (1838) qui est souvent considéré comme son chef-d’œuvre dramatique mais l’échec de son drame Les Burgraves (1843) le fait mettre un terme à sa carrière de dramaturge. Il écrira toutefois une dernière pièce deux ans avant sa mort (Torquemada, 1882) qui ne sera jamais jouée.

Le romancier

Poète et dramaturge, Victor Hugo s’est aussi rapidement intéressé au roman. Son style romanesque est inclassable, tantôt romantique, tantôt épique mais avec toujours une place importante accordée à l’Histoire.

D’abord inspiré par le roman noir (Han d’Island, 1823) et les romans d’aventure de Walter Scott (Bug-Jargal, 1826), il intègre rapidement son engagement politique dans ses écrits et publie en 1829 Le Dernier Jour d’un Condamné, plaidoyer contre la peine de mort.

Deux ans plus tard sort son premier roman d’inspiration romantique, Notre-Dame de Paris (1831) où il mélange le grotesque et le tragique avec une grande rigueur historique.

C’est pendant son exil que Victor Hugo écrit son chef d’œuvre romanesque, Les Misérables (1862). Roman à la fois social et épique, il y décrit de grands évènements (la bataille de Waterloo, les insurrections de 1832) de façon rigoureuse mais surtout se penche sur la misère humaine et sur comment en sortir. Pour lui, l’éducation et la justice social permettent d’empêcher le pauvre de devenir criminel.

Le politique

En plus d’être un écrivain reconnu Victor Hugo a eu une brillante carrière politique. Royaliste et partisan de Charles X, il est ensuite nommé pair de France en 1846 peu avant la chute de la monarchie de Juillet.

Après la Révolution de 1848, il soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte à la première élection présidentielle. Élu député, il commence à s’opposer aux politiques conservatrices (abolition du suffrage universel, censure de la presse) et c’est le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1851 qui le fait basculer dans l’opposition et le combat. Appelant à la résistance il doit fuir, d’abord en Belgique puis dans les Iles britanniques de Jersey et Guernesey. A son retour en France il est une légende vivante et près de deux millions de personnes assistent à ses funérailles en 1885.

Son action politique peut se qualifier de réformiste. Il veut changer la société grâce à l’éducation et surtout la réduction des inégalités sociales qui sont pour lui le cœur du problème. Parmi ses autres engagements il milite pour l’abolition de la peine de mort ou encore pour la création d’États-Unis d’Europe.

[1Préface de Ruy Blas

Aller plus loin

Les articles
- Wikipédia
- Académie française
- "Victor Hugo", Lagarde, A. et Michard, L., XIXe siècle, Bordas (1993).

Les biographies
- Gohin Y., Victor Hugo, PUF, coll. « Que sais-je ? » (1987)
- Guillemin H., Hugo, Le Seuil, coll. « Points » (1988)

Ecrit par Kesako

Dernière modification : Novembre 2016

Participez

Connectez-vous ou remplissez les informations ci-dessous